Après plusieurs tomes de qualité plus ou moins discutable, le tome 5 de Merry Gentry s’était avéré contre toute attente plus que prometteur. De ce fait je n’ai pas énormément tardé à entamer L’Etreinte Mortelle, tome 6 de son état, malgré une couverture bien moins attirante que d’habitude. Si vous ne connaissez pas Merry Gentry, il s’agit de la seconde série de Bit-Lit de Laurell K. Hamilton. Synopsis ?

L’Étreinte Mortelle, Merry Gentry Tome 6, de Laurell K. Hamilton

Merry est de retour à Los Angeles avec ses gardes. Ces derniers se retrouvent accusés de crime par le roi de la cour Seelie Taranis. L’accusation est bien sur fallacieuse, mais semble cacher quelque chose que Merry aimerait bien mettre au clair. Tout pourrait bien basculer lors de l’entrevue prévue entre le roi et celle-ci en présence de leurs avocats.

Ce synopsis vous semblera bien différent des précédents. Et effectivement, ce nouveau tome change beaucoup de choses. Tout d’abord, il est comme Sous le souffle de Mistral, beaucoup plus court que les premiers, moitié moins long. De plus on retourne dans un environnement urbain et dans un contexte policier, bien que ce dernier contexte ne soit pas exploité à fond. Il y a moins d’intrigue de cours et pour une fois, Merry ne passe pas son tome à découvrir ses pouvoirs.

Mais surtout, l’histoire avance plus en un tome qu’elle ne l’a fait dans les quatre derniers. Laurell K. Hamilton a décidé d’arrêter un peu les scènes de cul, il n’y en a que deux dans le tome ce qui est presque honorable pour de la Bit-Lit, et surtout elles ne prennent que trois pages, pas trois chapitres.

A Lick of Frost, Merry Gentry 6, Laurell K. Hamilton

De ce fait il y a beaucoup plus d’actions, et même d’importants retournements de situations. Cela va bien plus vite et pour notre plus grand plaisir. Les péripéties de Merry pour conquérir le trône Unseelie commencent à prendre forme. Contrairement aux précédents tomes on n’apprend pas énormément de nouvelles choses sur les royaumes Seelie et Unseelie. Je suppose du coup que les précédents tomes étaient la pour placer l’univers, mais je ne peux que déplorer le fait d’avoir mis 4 tomes pour cela, entre deux scènes de cul. Merry a acquis ses pouvoirs et le monde est suffisamment détaillé. J’ai eu l’impression que les choses sérieuses commençaient réellement et que l’on s’apprête enfin à effleurer tout le potentiel de cet univers.

L’Étreinte Mortelle, Merry Gentry Tome 6, de Laurell K. HamiltonAu final, L’étreinte Mortelle, sixième tome de la série lui donne un nouveau souffle. Pour tout vous dire j’ai réellement beaucoup aimé la fin et pour une fois j’ai vraiment hâte de lire la suite, ce qui n’était pas forcément le cas auparavant.

Mais voilà, c’est quand même déjà le sixième tome, et il est peut être un peu tôt pour finalement vous conseiller de vous plonger dans la série. Elle semble cette fois réellement prendre un meilleur chemin après un très, voire trop, long passage à vide.

J’ai envie de lire la suite, et ça tombe bien, car le septième tome vient tout juste de sortir aux éditions J’ai Lu et que je compte bien le lire très rapidement.


La Bible Gothique de Nancy Kilpatrick

Serafina dans Critiques, Livres le 4 octobre 2011, avec aucun commentaire
Critiques

Encouragée par mes deux dernières lectures aux éditions Camion Noir sur le Black Metal Satanique et Soleil Noir, j’ai décidé de me lancer dans La Bible Gothique de Nancy Kilpatrick qui en prime a une jolie photo de couverture. Cet ouvrage s’intéresse à la culture alternative qu’est la culture gothique sous toutes les coutures, musique, mode, tourisme, etc.  Fane de Fields of the Nephilim et aimant le noir à lèvre et les résilles, je ne pouvais qu’être enthousiaste.

La Bible Gothique de Nancy Kilpatrick

Le livre comporte 400 pages et est illustré de nombreuses photos et témoignages de « gothiques ». En effet, Nancy Kilpatrick a contacté des gothiques du monde entier pour leur demander leur avis sur les points évoqués dans le livre. On notera notamment parmi les français les photos et témoignages d’un certain Sire Cédric. Les photos sont bien choisies, et bien qu’en noir et blanc, la plupart rendent très bien.

Le problème c’est que, malheureusement, c’est à peu près les seules choses de positives que je vais pouvoir dire dans cette chronique. Que l’on soit ou non d’accord avec la définition comme quoi le « goth » est avant tout une musique et non une manière de vivre, ne consacrer qu’un dixième du livre grand maximum à la musique gothique est une première hérésie. En gros, si vous lisez ce livre pour en savoir plus sur cette culture, il vous manquera quand même l’élément principal et déclencheur du courant… Quand bien même on ne s’intéresserait qu’au look, l’émergence du look gothique du punk n’est pas vraiment expliqué, ni les relations qu’entretiennent la « scène goth » et les autres scènes alternatives (punk, metal, etc.).

Nancy Kilpatrick semble ensuite mélanger tout et n’importe quoi, faisant des parallèles entre les goth des invasions du premier millénaire et les goths d’aujourd’hui par exemple, ou parlant de l’universalité de la couleur noire comme symbole de deuil, ce qui est évidemment erroné. La caricature n’est jamais bien loin, l’auteur essayant de rassembler tous les goths sous le même courant de pensées, sensibles, âmes perdues et torturées, etc. Non seulement on va dans le cliché avec un bulldozer, mais en plus pour quiconque fréquentant suffisamment cette scène, il est clair que c’est pas du tout en phase avec la réalité (ou alors seulement avec la réalité spookie). L’auteur a voulu faire un livre assez universel pour parler du mouvement goth dans son ensemble mais n’a pas été apparemment plus loin que ses propres aprioris.

Notre Bible Gothique se perd aussi dans de nombreux méandres, parlant des plantes préférées des gothiques ou d’une cuvée de vin « vampire ». L’auteur a essayé de faire dans l’exhaustif, mais il en résulte un ouvrage déconstruit, sans réelle progression logique.

La Bible Gothique de Nancy KilpatrickA cela, il faut rajouter une traduction de Christelle Derenne extrêmement discutable et qui abouti à de nombreux non-sens. Par exemple, « inchs » est traduit par centimètres sans aucune conversion de la longueur associée, ce qui amène à des phrases comme  « le tour de taille idéal d’une jeune fille est d’un cm par année  » qui n’a plus plus aucune réalité. De même , de nombreuses fois, Nancy Kilpatrick fait référence à des personnalités (rois ou écrivains) français, et la traduction leur a gardé le nom anglais (Eleanor pour Alienor par exemple) ce qui rend la lecture assez difficile car il faut essayer de déchiffrer ce que voulait dire l’auteur à la base. Parlait-elle réellement de l’auteur français, ou d’un autre auteur ?

Alors malgré quelques sections intéressantes (comme les maisons hantées à visiter dans le monde), La Bible Gothique de Nancy Kilpatrick est malheureusement un livre que je vous déconseille fortement. Si vous ne connaissez pas bien la sub-culture gothique, cela vous induira en erreur, et si vous la connaissez vous serez énervés de l’impression générale de l’ouvrage. Il ne vaut clairement pas son prix, et la traduction erratique n’aide pas réellement. Dommage.


C’est Lundi, que lisez vous ? #19

Serafina dans Critiques, Livres le 3 octobre 2011, avec 7 commentaires
Critiques

Depuis quelque temps, la blogosphère littéraire a instauré cet article rituel du lundi, sur les lectures de la semaine. Il n’y a pas eu de c’est Lundi la semaine dernière car nous étions à l’étranger, if is Dead était alors en mode automatique. On reprend les bonnes petites habitudes.

dabYo

L'Empire Invisible de Jérôme NoirezVu qu’il me fallait voyager léger, j’ai dû mettre de côté ma lecture du premier tome de la trilogie Coeur de Jade pour ne prendre que des livres de poche. Mes choix se sont donc portés sur une première valeur sûre: La Rose Blanche, le troisième tome des Annales de la Compagnie Noire de Glen Cook. Cette série de Dark Fantasy a une fois de plus réussi à m’enchanter, et j’ai déjà hâte de lire la suite. Ah, la Dame.

Sachant que je dévorerai le bouquin en quelques jours, j’avais prévu d’en prendre un second: L’Empire Invisible de Jérôme Noirez. Assez court, deux cents pages, je l’ai tout simplement dévoré lui aussi. Cette histoire se déroulant du temps de l’esclavagisme aux États-Unis est vraiment déchirante.

Enfin, à court de lecture à Amsterdam, je suis passé dans une librairie anglaise (et superbe), pour commencer le premier tome de Dreamsongs: A RRetrospective. Il s’agit de pas moins de 600 pages de nouvelles écrites par George R.R. Martin tout au long de sa carrière d’écrivain, que nous allons revivre. Les nouvelles sont organisées en grandes catégories, chacune d’elle commence par un texte de l’auteur nous expliquant pourquoi et comment il les a écrit, et comment cela a influencé sa carrière. Juste passionnant, d’autant que dès ses premières nouvelles, l’auteur est exceptionnel.

Serafina

Pendant les deux dernières semaines, j’ai d’abord terminé Merry Gentry Tome 6 de Laurell K. Hamilton. Comme je le sentais, le tome est de loin le meilleur depuis le premier. L’histoire avance, et pour de vrai. J’ai même vraiment hâte de lire la suite.

Vampireville, Vampire Kisses Tome 3, de Ellen SchreiberJ’ai ensuite commencé Vampire Kisses Tome 3 de Ellen Schreiber, dont je suis à la moitié. Si on retrouve avec plaisir la pétillante Raven, je dois déplorer qu’il y a de moins en moins de références à la culture sombre…

Pour mon départ en Hollande, j’ai emporté Jeux d’Ombres, premier tome de Ghostwalkers de Christine Feehan. Publié chez Milady, le roman change pas mal de la Bit-Lit traditionnelle vu qu’on se retrouve avec un thriller fantastique d’espionnage avec des bouts de romance dedans. A vrai dire, on aurait pu carrément supprimer la romance qui n’apporte rien à l’histoire, mais tout le reste est vraiment très bon.

J’ai ensuite lu le premier tome de Alpha & Omega de Patricia Briggs, dont j’avais lu le tome 0 au début d’année. Et ce premier tome fait plus que remplir ses attentes. Le roman est très bien mené, nous tiens très bien en haleine, aborde de nombreux points passionnants sur les loups garous et surtout propose une galerie de personnages très variée et bien développée. Je suis devenue réellement fane de Axis et j’espère vraiment le revoir.

Et vous, qu’avez vous lu cette semaine ?


Zombillénium est une série de BD française scénarisée, dessinée et colorée par Arthur de Pins. Son premier tome nommée Gretchen est la publication en grand volume de chapitres pré-publiés dans le magazine Spirou depuis 2009. J’en avais lu quelques chapitres à l’époque où Serafina y était encore abonnée, et je dois avouer que l’humour et les références m’avaient bien plu. J’ai décidé de sauter le cap à l’occasion de la sortie du second tome aux édition Dupuis. Synopsis.

 Gretchen, Zombillénium Tome 1, d’Arthur de Pins

Depuis plusieurs années maintenant, en pleine France profonde se dresse un parc à thème pas comme les autres, Zombillenium. Son fond de commerce, c’est de foutre la trouille à ses visiteurs. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que tout le monde n’entre pas dans la masse salariale du parc, car pour que Francis von Bloodt vous accepte, il va falloir montrer patte blanche. Enfin, ça dépend si vous êtes plutôt vampire, loup-garou, ou encore momie. Si vous connaissez les pas de danse des tubes de Michael Jackson, la direction veut bien fermer les yeux s’il vous manque un bras.

Ajoutez à ce synopsis loufoque un brin d’humour second degré bien senti et vous obtenez un cocktail très efficace pour nous fournir quelques scènes hilarantes. Et c’est justement ce que va faire l’auteur. La lecture de ce premier tome est avant tout un excellent moment où votre sourire ne va pas vous quitter, voir au pire, pour un petit rire. C’est vraiment une bouffée de bonne humeur à l’état pur, et je dois dire que j’ai été totalement convaincu. J’ai adoré les petites scènes à la con, grosses comme des camions mais qui marchent quand même, et le tout mêler à ces références que seules les campagnards peuvent comprendre. Et puis, Volcania quoi.

 Gretchen, Zombillénium Tome 1, d’Arthur de Pins

Ce premier tome est assez court, du coup, les personnages restent assez simples. Ils sont surtout là pour permettre les différents sketchs, mais quelque part, je dois avouer que ça ne m’a pas gêné. Difficile de ne pas fondre devant les zombies qui s’échinent à refaire des chorégraphies, ou encore devant le vampire von Bloodt. Gretch, qui semble être l’héroïne de la série est plutôt sympathique, son air blasé et enthousiaste à la fois étant rafraichissant. Elle partage ici le beau rôle avec Aurélien, nouveau venu au parc, personnage assez interchangeable mais pas désagréable pour autant.

Si l’humour et le scénario sont réussis, je dois avouer que l’identité visuelle du tout l’est tout autant. On est ici face à un dessin très moderne, il est entièrement fait à l’ordinateur à priori, et cela se ressent. Que ce soit dans les traits du dessin, très net autant dans les arrondis que dans les lignes, ou encore dans la coloration. Surtout dans la coloration même, puisque c’est plus proche des aplats que de ce qu’on retrouve dans les BD habituelles. C’est tout de même superbement bien fait, et le tout semble très léché. On pourra peut être juste reproché une absence quasi totale des décors, mais bon, l’ambiance reste tout de même très bonne.

 Gretchen, Zombillénium Tome 1, d’Arthur de Pins

Au final, ce premier tome de Zombillénium d’Arthur de Pins est une réelle réussite. La lecture est rapide et des plus agréables, et son seul réel défaut est qu’il se finisse vraiment trop vite. Bien entendu, il est aussi large que les autres, mais le tout est tellement réussi qu’on ne voit pas les pages défilées. Si les premières pages vous intéressent, c’est par ici. J’ai déjà acheté Ressources humaines, le deuxième tome, du coup.