A l’heure où cet article sera publié, nous serons probablement en train de joyeusement patauger dans la boue du Hellfest cru 2011. Le plus grand festival de Metal de France se tient en effet à Clisson à partir de vendredi 17 juin et pendant trois jours, c’est le gros rassemblement des amateurs. Puisque nous sommes loin de toute connexion internet hors 3G Bouygues bien moisie, durant ces trois jours, un article sera posté de manière automatisée, vous faisant découvrir (ou redécouvrir) un des groupes tête d’affiche de la journée.

En ce troisième et dernier jour du Hellfest 2011, le programme est plus que chargé, entre Anathema, Arkona, Ozzy Osbourne et autres. Mais le groupe le plus attendu ici (enfin surtout par moi) c’est le monument de Metal Symphonique qu’est Therion. Le groupe, vous le savez, est de loin mon préféré et nous les avons déjà vu un paquet de fois en live. On se rappelle notamment duHellfest 2007, les pieds dans la boue, ou plus récemment du concert à Limoges pour Noël.

Le groupe a sorti il y a peu le clip de Kali Yuuga 3, tiré de l’album Sitra Ahra. Alors certes, c’est signé Nuclear Blast, on n’échappe donc pas au petit côté kitch, les passages avec le groupe sont vraiment classes, le problème étant plutôt le reste. Et comme pour tout Therion, le sol tombe. N’empêche que c’est quand même vachement bien (et que je suis amoureuse des fringues de leur chanteuse).

Bien que le line-up soit un peu différent pour ce concert, Katarina Lilja étant partie, nul doute que cela sera génial. Pour information, vous pourrez suivre le concert du groupe enlive via Arte LiveWeb.


A l’heure où cet article sera publié, nous serons probablement en train de joyeusement patauger dans la boue du Hellfest cru 2011. Le plus grand festival de Metal de France se tient en effet à Clisson à partir de vendredi 17 juin et pendant trois jours, c’est le gros rassemblement des amateurs. Puisque nous sommes loin de toute connexion internet hors 3G Bouygues bien moisie, durant ces trois jours, un article sera posté de manière automatisée, vous faisant découvrir (ou redécouvrir) un des groupes tête d’affiche de la journée.

Les groupes qui nous intéressent sont déjà plus nombreux en ce deuxième jour du Hellfest 2011. Outre Apocalyptica dont on vous avait déjà parlé, on attend notamment avec impatience la performance de Black Label Society. La formation de Zakk Wylde, ex guitariste pour Ozzy Osbourne, nous délivre du Heavy Metal dans sa forme la plus classique, qui n’aurait clairement pas dénoté sur le Crüe Stage du Hellfest 2009, juste avant un Mötley Crüe par exemple.

Parade Of The Dead est tout ce qu’il y a de plus classique, et jouissif, dans le genre, et on peut aussi y voir un peu de Southern Metal en sous-marin. Le clip est quant à lui juste incompréhensible.


A l’heure où cet article sera publié, nous serons probablement en train de joyeusement patauger dans la boue du Hellfest cru 2011. Le plus grand festival de Metal de France se tient en effet à Clisson à partir de vendredi 17 juin et pendant trois jours, c’est le gros rassemblement des amateurs. Puisque nous sommes loin de toute connexion internet hors 3G Bouygues bien moisie, durant ces trois jours, un article sera posté de manière automatisée, vous faisant découvrir (ou redécouvrir) un des groupes tête d’affiche de la journée.

En cette première journée au Hellfest, notre planning n’est pas réellement surchargé. En réalité, il n’y a réellement que quelques concerts que nous ne manquerions sous aucun prétexte, et notamment celui de Rob Zombie. Le génialissime musicien-compositeur-réalisateur est de passage pour la première fois en France en solo (il était venu avec White Zombie au début des années 90). En plus l’artiste a annulé a peu près tous ses autres festoches européens cette année. Autant dire que ce concert est à ne surtout pas louper.

Nous vous proposons donc le clip du morceau SuperBeast. Un morceau ultra accrocheur, très dansant et parfaitement dans le style Rob Zombie. Le clip lui est parfaitement kitch, avec des incrustations qui valent des palmes d’or de cheapittudes, et très épileptique. Cœurs sensibles s’abstenir.


Après un quatrième tome qui m’avait laissée assez perplexe encore une fois, j’ai entamé Sous le souffle de Mistral, tome 5 de Merry Gentry, avec un poil d’appréhension. C’est toujours édité par J’ai Lu dans sa collection Darklight. Il faut le dire, s’il n’avait pas été aussi court, 300 pages alors que les précédents en faisaient le double, je pense que je ne l’aurai pas lu. Alors, du coup avec peu de pages j’espérais que l’histoire arrêterait de lambiner. Synopsis ?

Sous le souffle de Mistral, Merry Gentry Tome 5, de Laurell K. Hamilton

Merry semble de plus en plus destinée à devenir Reine des Unseelies, son retour en Faerie a fait renaitre des pouvoirs jusqu’à présent endormis. Et le Sithin qui se mourrait semble renaître à la vie. Malheureusement, ce n’est pas du goût de tout le monde, et l’entrée de Merry sur le territoire du Roi Sholto des Sluagh risque de causer bien des problèmes.

Ce cinquième tome est malheureusement servi par une couverture que je trouve beaucoup moins belle que les précédentes, et qui ne m’a pas du tout attirée. Le livre se lit assez vite, et pour cause vu qu’il est raccourci de moitié, et encore plus si on décide comme moi de sauter les scènes de cul, ce jeu de mot étant totalement involontaire. Il y a effectivement quelques chapitres entièrement consacrés à la bagatelle au début et à la fin du roman, toujours une bagatelle hétéro-normée et bien policée pour ne pas trop heurter la morale américaine. On est sulfureux mais pas trop chez Laurell K. Hamilton. Le problème c’est malheureusement que l’intrigue s’enlise, on a bien compris que Merry faisait renaitre le Sithin, mais cela fait déjà deux voire trois tomes qu’on nous en parle. Il serait peut être temps de passer à la vitesse supérieure ? Enfin, pour une fois, on ne s’ennuie pas, et il n’y a pas de passages à vide, mais malheureusement on termine Sous le souffle de Mistral sans avoir été beaucoup avancé par rapport au précédent.

Sous le souffle de Mistral, Merry Gentry Tome 5, de Laurell K. Hamilton

La couverture de la version originale n'est pas réussie elle non plus...

Si on fait omission des derniers chapitres, qui amènent eux enfin, un peu d’action matinée de mythologie pour notre plus grand plaisir. Les choses semblent commencer à bouger, et surtout , les pions commencent à se mettre en place. Dommage que cela ne soit que sur les 40 dernières pages que l’intrigue avance. On a plus l’impression d’être face à un début de roman qu’à une fin. J’ai de plus en plus l’impression que Laurell K. Hamilton tire et tire encore sur ses histoires pour faire le plus de tomes possible. Cependant, le roman a l’avantage de ne pas trop se disperser et de se lire assez facilement.

Sous le souffle de Mistral, Merry Gentry Tome 5, de Laurell K. HamiltonOn notera encore une fois pas mal de références à la mythologie celtique, et le monde inventé par Hamilton est vraiment très bon et très intéressant. Le royaume de féerie décadent qui renaît peu à peu, et les interrogations sur la mortalité des Unseelies sont des pistes sympathiques mais qui malheureusement ne sont pas exploitée, l’auteur préférant palabrer sur les organes intimes des gardes de Merry. Malgré tout, on a envie de lire la suite, encore une fois dans l’espoir que cela s’arrange…

Il n’y a à ce jour que 8 tomes de Merry Gentry de sortis, et les 3 suivants ne font que 300 pages aussi. Au vu du final, on peut clairement espérer du changement et de l’amélioration. Sous le souffle de Mistral me donne l’impression d’être une sorte de tournant entre deux arcs de la saga. Peut être à tord, on verra bien.


L’année dernière à une époque plus ou moins similaire, Serafina vous présentait la première saison de Glee, une série haute en couleurs qui nous permettait de suivre un club de chorale dans un lycée américain. La série a connu un énorme succès très rapidement, et on peut dire que ce dernier était vraiment mérité. Les acteurs étaient bons, leur chant excellent, la mise en scène aussi et le tout était vraiment très drôle. C’est donc avec enthousiasme que nous avons signé pour une seconde saison. Soufflet ou consécration ? Synopsis.

Glee, Saison 2, de Ian Brennan, Brad Falchuk et Ryan Murphy

Will Shuester est toujours prof d’espagnol et responsable du club de la chorale du McKinley High School. Malgré les performances honorables du club l’année dernière, ses membres n’ont toujours pas réussi à se faire une place au sein de leur école. Toujours considérés comme des ratés, toujours victimes de harcèlement, il est de moins en moins évident pour eux de continuer à vivre leur passion. Heureusement, ils ont découvert qu’ils étaient un groupe soudé, et se serre les coudes pour traverser l’adversité.

Quand on réussit son premier essai, c’est souvent le deuxième qui s’avère être le plus dur. Ça marche pour la musique, ça marche aussi pour les séries. Alors qu’Heroes avait conquis le monde entier, il a suffit de quelques épisodes de la deuxième saison pour en faire un véritable soufflet. De même, après une excellente première saison, la seconde de Lost nous a laissé plus que perplexe, tant et si bien que ça doit faire un an que nous l’avons commencé. Les exemples sont nombreux, et je pense par exemple à la seconde saison de The Big Bang Theory. Mais l’avantage qu’a cette dernière et Glee sur les deux précédents exemples, c’est qu’on est ici dans l’humour et la comédie, et que bizarrement, on n’abandonne pas ces séries tout de suite.

Vous l’aurez compris, cette deuxième saison de Glee a été une véritable déception pour nous. D’autant plus que la première était vraiment excellente. Mais voilà, pour cette seconde saison, les auteurs avaient à renouveler le tout et surtout l’intérêt. Impossible sinon de tenir pour une seconde session sans passer par les mêmes petites histoires. Le truc, c’est qu’ils ne vont ni oser se renouveler complètement, ni rester dans le même schéma. Il y a alors une réelle sensation d’inachevé qui va rendre le tout… épileptique et incohérent.

Glee, Saison 2, de Ian Brennan, Brad Falchuk et Ryan Murphy

L’exemple le plus flagrant est la destruction complète de tout l’intérêt du méchant de l’histoire, Sue Sylvester. Véritable mur porteur de la série, il était évident que le personnage avait à évoluer pour garder son intérêt. Ou alors, perdre en intensité et n’apparaître que de temps en temps, sorte de guest star. Le problème majeur étant qu’ils ont décidé de le faire évoluer… un épisode sur deux. Du coup, le personnage devient de plus en plus incohérent au fur et à mesure de la saison. Ses réactions sont incompréhensibles, sans pour autant donner l’impression que le personnage soit victime d’un dédoublement de personnalité. C’est vraiment problématique, car on ne sait jamais si le personnage est sincère, ou s’il ne l’est pas. On pense qu’il ne l’est pas lorsqu’il tombe dans le pathos, alors qu’en fait il l’était vraiment. De nombreuses scènes supposées émotionnelles provoquent alors une incompréhension et un ennuie assez fort.

Et des passages pathétiques, cette saison va en avoir de très nombreux. La plupart vont d’ailleurs passer complètement à côté du coche et rarement faire mouche. A vraie dire, je ne me rappelle même pas qu’un seul ait réussi à m’émouvoir, tant leur répétitivité est assommante. Souvent, ils sont victimes des mêmes problèmes : le personnage n’était pas assez bien travaillé pour émouvoir et toucher le spectateur, et on se retrouve à être complètement insensible à ses malheurs. Ou alors, on a déjà eu le même schéma dans la saison précédente, voir quelques épisodes plus tôt. C’est par exemple ce que l’on va vivre avec la plupart des petites histoires liées au personnage de Kurt, l’homosexuel de la bande. Certes, cela doit parler à certaines personnes, mais j’avoue que cela m’a laissé perplexe. Le problème, peut être un peu trop important par rapport à ceux des autres personnages va réussir à saturer et nous lasser. Dommage, car ce personnage était aussi une grande force de la première saison.

Britney Spears dans Glee Saison 2Un autre mauvais point vient du choix des morceaux qui seront chantés. Si il y a toujours un large panel de vieux morceaux, de classiques, il semblerait que la production et/ou les majors voient en Glee un excellent moyen de promouvoir leurs dernières sorties. On va ainsi se retrouver avec des épisodes où, comme par hasard, les morceaux chantés sont exactement ceux qui viennent ou qui sont sur le point de sortir. On se retrouve alors avec des titres à la qualité assez douteuse ou dont la légitimité est discutable, que ce soit Rebecca Black, le dernier single de Lady GaGa ou celui encore plus improbable de My Chemical Romance.

Bien entendu, tout n’est pas à jeter dans cette deuxième saison. On a de véritables perles, des moments dont on se rappellera. Certains nouveaux personnages, ou plutôt une nouvelle, sont très bien intégrés à la série et colle parfaitement à l’ambiance du début de Glee. Ça provoque du quiproquo, des jeux de scènes et des passages vraiment comiques.

Malheureusement, les points positifs sont vraiment rares et il devient difficile d’être optimiste pour la suite de Glee. Espérons juste qu’ils sachent redresser le cap pour la troisième saison. C’est dommage de passer d’une série totalement jouissive à une pour laquelle il faut se forcer de regarder la fin en si peu de temps. Rendez-vous l’année prochaine.


Pas de jour férié sur if is Dead, journée de solidarité oblige, pour preuve, voici la 4ème édition de C’est Lundi ! Alors que lisons nous ?

dabYo

Cette semaine, je n’ai quasiment pas lu, simplement quelques pages de la nouvelle de Justine Niogret du recueil des Imaginales Victimes et Bourreaux… Et j’avoue ne pas savoir quoi en penser. On verra ça dans une dizaine de pages, quand elle sera fini. Shame on me. Sinon j’ai beaucoup rit.

Serafina

Chasseuse de Vampires, Tome 1, de Nalini SinghComme je l’avais prévu, j’ai terminé le recueil Autour de Londres de Lydie Blaizot. Le recueil aura été de bonne facture tout du long. Je n’ai pas avancé dans le Trône de Fer, pourtant j’ai interêt à me botter les fesses car la série m’a rattrapée.

J’ai commencé Le Sang des Anges de Nalini Singh, premier tome de la série Chasseuse de Vampires aux éditions J’ai Lu, collection Darklight. Je suis actuellement totalement sous le charme du roman. Un début excellent (j’en suis au quart du livre), un univers super étoffé, un style agréable et une bonne intrigue. Je pressens ce roman comme un des coups de coeur de l’année. Entre Vicki Nelson et Harper Connely, le label Darklight semble définitivement être un gage de qualité.

illman

J’ai enfin achevé ma lecture du tome 2 de l’Ennemi dans l’Ombre, je me sens libéré. Je m’excuse par avance auprès des fans de l’auteur mais je vais dé-mon-ter ce bouquin. J’ai pu enchainer sur Le puit de l’ascension de Brandon Sanderson dont j’ai déjà chroniqué le premier tome. Ça se lit tout seul, c’est un vrai plaisir pour l’instant et même s’il fait plus de 700 pages, la chronique iiD devrait arriver rapidement pour un nouveau round de fanboyisme.

LuxtExMachina

Je viens de terminer ce week-end La triste des frères Grossbart. Vous en saurez plus surement dans la semaine. Ensuite je prévois de commencer le cycle de la ballade de Pern. Une série mêlant au départ Science Fiction et Fantasy.

Et vous ? Vous profitez de cette journée pour lire, par solidarité ?


On continue notre tournée des groupes à voir au Hellfest 2011 avec cette fois un groupe qui passera le samedi, Hammerfall. Il s’agit cette fois d’une formation suédoise qui fait du Power Metal comme on l’aime ici, qui vient tout juste de sortir leur huitième album, Infected. C’est donc dans le cadre de la promotion de cet opus, que honte à nous nous n’avons toujours pas écouté, que leur passage au Hellfest prend place.

One More Time est donc le premier single qui en est tiré, et j’avoue avoir été assez étonné par le clip. Alors qu’ils nous avaient habitué à des ambiances très classiques, nous voilà face à un cadre moderne avec des… zombies. Oui, des zombies dans du Power Metal, c’est plutôt étonnant et original. Soit, ce revirement est assez bizarre, vu que le groupe n’a jamais eu besoin de surfer sur la mode pour vendre des CD. Le clip est loin d’être un calibre en ce qui concerne la réalisation. Ça n’a jamais vraiment été le cas de ceux de Nuclear Blast, mais bon. A part des effets pyrotechnique à tout va, des plans qui sont plutôt épileptiques et beaucoup de ketchup, les effets spéciaux sont quand même carrément à la ramasse. Bon, ça reste un pur clip de Metal en quelque sorte, mais voilà quoi.

Le morceau est par contre dans la plus pure quintessence de ce que fait le groupe, et de ce qu’il fait très bien. De l’épique, avec un long solo de guitare et un passage un peu plus lent… Bref, du Hammerfall comme on les aime, avec peut être parfois un rythme différent. Vivement sur scène, le samedi au Hellfest 2011.


Qui ne connaît pas le personnage d’Elric ? Tous ceux qui n’ont jamais lu de Fantasy sans doute, mais nous autres le connaissons tous. De près ou de loin, en ayant lu ou non ses aventures, il faut avouer que le personnage, au même titre qu’un Conan, fait partie de notre paysage. Elric: Les Buveurs d’Âmes marque donc le retour du personnage aux éditions Fleuve Noir. Ceci dit, pas n’importe quel retour, puisque ce n’est pas Michael Moorcock, son créateur, qui a écrit ce nouvel épisode, mais un français, Fabrice Colin, dont on vous avait déjà parlé ici avec La Malédiction d’Old Haven. Alors, retour gagnant ou simple coup marketing pour le prince torturé ? Synopsis.

Elric: Les Buveurs d’Âmes de Fabrice Colin et Michael Moorcock

Elric n’est plus que l’ombre de lui même depuis qu’il a dû mettre fin, de ses propres mains, aux jours de sa chère et tendre. Dévasté par le chagrin, rongé par les remords, il s’est juré de ne plus jamais utiliser son épée maudite, Stormbringer, qui lui a permis de commettre tant de méfaits et d’être aussi craint et respecté par ses pairs. Mais pour cela, il doit trouver le moyen de recouvrir ses forces, car son être est lié à l’épée, et sans les âmes qu’elle prend en tuant, ses forces le quittent peu à peu… Pour cela, il n’y a pas d’autre moyen que de réussir à mettre la main sur l’Anémone Noire, une fleure qui ne fleurit qu’une fois par siècle dans la mythique citée perdue de Sooz.

Si on m’avait dit que je chroniquerai un jour un tome d’Elric pour if is Dead, je crois que j’en aurai bien rigolé. Le personnage de Moorcock a beau être culte, il n’avait pas réussi à me convaincre quand j’avais tenté de lire le premier tome de la série, Elric des Dragons. J’étais donc plutôt perplexe, d’autant que ressortir le héros après toutes ces années n’était pas là pour me rassurer, comme s’il s’agissait d’une simple licence dont on pourrait faire des produits dérivés. Mais bon, je ne connaissais pas du tout Fabrice Colin, je lui ai donc laissé le bénéfice du doute.

Et côté écriture, il faut avouer que j’ai plutôt bien fait. Le début était certes chaotique, notamment par l’utilisation très marquée des termes de l’univers d’Elric. Quelque part, c’est logique, mais les noms de deux personnages principaux sont si proches que je pensais qu’ils étaient la même personne. De même, l’auteur a tendance à donner du le Menilbonéen à tord et travers, et on pense naïvement qu’il n’y a qu’un personnage qui en soit un: erreur fatale. Sans parler des Prince-Dragons, au nombre de deux eux aussi. Bref, heureusement, après trois-quatre chapitres à la compréhension assez chaotiques, on fini par prendre le bon bout.

Elric: Les Buveurs d’Âmes de Fabrice Colin et Michael Moorcock

L'artwork original de Brom est pour moi bien plus réussi que ce que rend la couverture définitive... A noter que le bouquin comporte une carte en couleur en son centre, sympathique.

Outre ce petit désagrément de narration, la plume de Fabrice Colin est très agréable à lire, parfaitement dosée entre description et action, les dialogues sont lisibles. On regrettera peut être la sur-abondance de description des remords d’Elric. Est ce là pour augmenter le nombre de pages, ou simplement pour insister ? Je ne sais pas… Dans les deux cas, c’est assez désagréable. L’auteur ayant voulu coller le plus possible aux œuvres originales, il n’est pas non plus impossible que ce soit là une erreur du genre de l’époque. Reste que le fait de choisir de coller à un style qui a ses faiblesses n’excuse pas tout.

Les Buveurs d’Âmes est un livre qui se veut complètement indépendant, il n’y a pas besoin d’avoir lu les neuf autres pour comprendre son histoire. A aucun moment je n’ai eu l’impression de passer à côté de détails importants, ou d’être largué, ce qui est carrément un bon point. Le problème, c’est aussi qu’il s’inscrit à l’intérieur même de la chronologie du cycle déjà publié, du coup, il ne peut avoir aucune incidence notoire… Vous l’aurez donc compris, l’histoire de ce nouveau tome, qu’elle soit de qualité ou non, n’aura aucun impact, comme si elle n’avait jamais eu lieu, une sorte de filer. C’est assez frustrant quelque part, mais peu étonnant puisqu’il s’agit de la reprise d’une novella initialement écrite par Moorcock, et à l’époque, c’était plutôt courant.

Elric: Les Buveurs d’Âmes de Fabrice Colin et Michael MoorcockCela dit, bien que l’histoire soit donc assez simple et malheureusement très courte, elle est plutôt rondement menée. Nous suivons ici trois points de vue différents, avec une sorte de chasse à l’homme. Du coup, l’auteur arrive à faire monter une certaine pression, puisque la cible n’est pas au courant de ce qu’il l’attend, tandis que nous, oui. On va aussi y retrouver des thèmes chers au genre, avec une jungle hostile, plutôt inquiétante même, et d’horribles monstres. Là dessus, c’est du tout bon, l’ambiance nous prend vraiment, on s’y croit et on a nous aussi l’impression d’avancer peu à peu vers des contrées sauvages et non-civilisées… Le tout nous donne envie de connaître la suite et ce qu’il va bien pouvoir s’y passer. Un tour de force d’autant plus cocasse qu’on sait pertinemment que ça n’aura aucun impact.

Au final, Elric: Les Buveurs d’Âmes est pour moi une véritable surprise. Ce n’est pas le livre du siècle, mais il a réussi à me faire passer un bon moment de lecture, là où le cycle original avait échoué. Bien qu’il ne soit pas indispensable de l’avoir lu pour se pencher sur le cycle d’Elric, c’est peut être là la meilleure façon de s’y plonger, et d’avoir un avant goût de ce qu’est l’Heroic Fantasy de l’époque, avec ses qualités et ses défauts. Une très bonne surprise.


Life on Mars de Matthew Graham

illman dans Films, Séries le 8 juin 2011, avec 7 commentaires

Life on Mars est une série de la BBC diffusée en 2006 sur les ondes britanniques. J’avais entendu parlé de cette série en me disant que je devrais bien y jeter un coup d’œil un jour. Un dimanche où je m’ennuyais, j’ai décidé de testé la VOD Canalplay sur ma Xbox, et je suis tombé sur un pack des deux premiers épisodes pour 2€99. J’ai testé et je n’ai pas regretté, à peine le second épisode du pack entamé que je commandais déjà l’intégrale sur Amazon. Quid donc de cette série ?

Life on Mars de Matthew Graham

Sam Tyler est commissaire principal en 2006 à Manchester. Alors qu’il enquête sur un serial killer, sa petite amie et collègue, Maya se fait enlever par ce dernier alors qu’elle était parti enquêter seule. Pendant qu’il se morfond au bord de la route, il se fait renverser par un chauffard. Il se relève pour s’apercevoir qu’il se trouve dans un endroit étrange et sapé avec un col pelle à tarte, il est en 1973. Est-il mort, dans le coma, dans le passé ou tout simplement fou ?

J’avoue vu comme ça le synopsis fait un peu bidon mais ce serait sous estimé les scénaristes de la BBC. Ils vont s’évertuer au fil des histoires à décrire les années 70 à Manchester et on s’y croit. L’ambiance est très importante et sert l’histoire, vous imaginerez facilement le clash entre les cultures policières et sociales, Sam passe pour un marginal et un illuminé en voulant continuer à travailler comme en 2006. Les thèmes abordés sont aussi assez larges, les femmes et les noirs dans la police, par exemple, très mal acceptés et pour qui Sam se battra. L’émergence du hooliganisme, la boxe truquée, ou l’apparition de nouvelles drogues et de leurs réseaux quasi industriels tiendront aussi en haleine toute l’équipe d’enquêteurs.

Life on Mars de Matthew Graham

Car on suit tout un département de police de Manchester dirigé d’une main de fer par le DCI Gene Hunt, incarné à l’écran par Philip Glenister. Difficile à cerner, il fait parti de la trinité des personnages principaux, on va l’aimer, le détester, le comprendre et voir ses travers. Pour moi, il vole la vedette à Sam Tyler, son subordonné, joué par John Simm qui a aussi été Le maitre dans Dr Who. Son arrivée dans le passé ne l’a pas arrangé, il entend des voix, a des hallucinations et ne sait plus où se trouve la réalité. Un personnage torturé comme on les aime, qui s’accroche désespérément à ses principes sauf quand ses émotions prennent le pas sur sa conscience. Pour terminer ce triangle, Annie Cartwright, joué par Liz White, au départ simple auxiliaire, va se retrouver confronter à la condition des femmes dans les 70’s et aura sur ses épaules la petite pincée de romantisme de l’histoire avec Sam. On retrouve aussi Ray et Chris, des enquêteurs de l’équipe, plutôt sidekick mais important tout de même avec chacun leur heure de gloire. Bref, une équipe bien travaillée qu’on a plaisir à suivre, vivant de ses conflits internes, de ses états d’âmes, de ses enquêtes et de ses réussites.

Life on Mars profite de ressorts comiques induits par le décalage de Sam avec l’époque en cours. Dans ce genre de situation, le retour à la réalité est plus que douloureux pour lui et assez marrant en général. Comme par exemple quand il promets que le témoin sera derrière un miroir sans tain, qui n’est tout simplement pas utilisé par la police à ce moment là, et qu’il se retrouve finalement en face à face avec le suspect. Assez déstabilisant. L’autre composante sur laquelle on peut compter sont les allusions aux futurs que, le spectateur connait, mais qui ne se sont pas encore produite comme lorsque Sam annonce qu’une femme pourrait bien devenir premier ministre. Gene lui répond, je cite : « There will never be a woman prime minister as long as I have a hole in my arse. » C’est peut-être pas le meilleur exemple mais ça appuie ma démonstration.

Life on Mars de Matthew Graham

La bande son est juste énorme, parfaitement en phase avec les 70’s et surtout avec le fabuleux artiste androgyne, j’ai nommé le grand David Bowie (nan j’suis pas fan, quoique…). On se retrouve avec des styles plutôt variés représentatifs de la période, même si la BO est plutôt Rock. C’est un vrai plaisir d’entendre les Who ou encore Paul McCartney. Par contre,  il faudra que quelqu’un m’explique l’engouement des britanniques pour Slade, parce qu’on entend souvent des chansons de ce groupe dans les shows de la BBC, notamment  Dr Who. A noter, Sam Tyler croisera une autre de mes idoles musicales dans une boite de nuit pendant ses aventures, j’ai nommé Marc Bolan, le chanteur-leader de T.Rex. Bref cette série est un véritable fandom pour les inconditionnels de la musique de cette période.

La série est divisée en deux saisons, une seule est disponible en France mais vous me connaissez, je me fournis directement chez les compatriotes de Shakespeare. Pour l’intégrale de la série, c’est à dire les 16 épisodes, vous pouvez vous en tirer pour environ 20€ en anglais.  Le coffret est pas trop mal mais fait, un peu cheap, un contour plus rigide aurait été pas mal.

Au final, Life on Mars est une série absolument géniale que je vous recommande vivement, ne serait ce que pour tester son ambiance. D’habitude je n’aime pas trop les séries policières mais celle-ci a une vraie âme. Me reste plus qu’a me procurer le spin-off, Ashes to Ashes.


C’est Lundi, que lisez-vous ? #3

Serafina dans Actualités, Livres le 6 juin 2011, avec 3 commentaires
Actualités

Depuis quelque temps, la blogosphère littéraire a instauré cet article rituel du lundi, sur les lectures de la semaine. Afin d’arrêter de passer pour des asociaux, voici donc la troisième édition ! Donc, c’est lundi, que lisons-nous ?

dabYo

Anthologie Victimes et Nourreaux aux éditions MnémosCette semaine, j’ai réussi à profiter du jeudi férié pour m’avancer dans la lecture d’Elric: les Buveurs d’Âmes que j’avais bien entamé la dernière fois. Comme je le disais, aussi étonnant cela puisse être, j’ai bien aimé ma lecture. La fin, si elle confirmait mes craintes quant au côté filer du roman, n’était pas mauvaise pour autant. Une lecture qui n’est pas inoubliable, mais qui est loin de l’arnaque commerciale qu’elle semblait être initialement.

Sinon, j’ai commencé l’anthologie sortie par les éditions Mnémos pour les Imaginales et dirigée par Stéphanie Nicot: Victimes et Bourreaux. Serafina avait chroniqué celle de l’année dernière, Magiciennes et sorciers, qui l’avait plutôt déçue d’ailleurs. J’ai pu lire la première nouvelle de Charlotte Bousquet, une auteure que j’aime toujours autant et qui a été plutôt à la hauteur de la tâche, ainsi que celle de Michel Robert. Je ne connaissais pas l’auteur, je m’attendais au pire, et je suis plutôt mitigé. L’idée est bonne, mais il y a des points noirs, notamment une prévisibilité du scénario un peu trop importante à mon goût…

Serafina

Malheureusement, Fidel Gastro m’a rattrapé, et une expo le week-end ont fait que je n’ai quasiment pas lu cette semaine. Je suis donc toujours sur Autour de Londres de Lydie Blaizot qui est toujours très bon et sur le Trône de Fer. Il ne me reste qu’une cinquantaine de pages pour le premier et 150 pour le deuxième. J’espère me reprendre en main rapidement, car j’ai une PAL monstrueuse.

illman

J’ai bientôt fini le tome 2 de l’Ennemi dans l’Ombre de David Weber. Je vais pouvoir enchainer sur autre chose… C’est bien sur la fin, mais j’ai hâte de passer au Puit de l’Ascension, la suite de l’Empire Ultime de Brandon Sanderson aux éditions Orbit que j’avais beaucoup aimé.

LuxtExMachina

Cette semaine j’ai commencé à lire La triste histoire des frères Grossbart aux éditions Eclipse. Mélange de contes anciens à la façon des frères Grimm et de violence. C’est une lecture très bonne qui ravira les lecteurs. A ne pas mettre en les mains d’enfants, cela va sans dire.